Faites une recherche dans ce blog

lundi 24 juin 2019

CHATEAU-CHALON (39) - Eglise Saint-Pierre (XIIe-XVe siècles)

Château-Chalon, village viticole jurassien perché et classé parmi les plus beaux villages de France,
possède l'une des plus anciennes églises romanes de la région. 

Remontant au XIIe siècle, ce monument religieux domine le village avec son clocher.

CHATEAU-CHALON (39) - Eglise Saint-Pierre (XIIe-XVe siècles)

CHATEAU-CHALON (39) - Eglise Saint-Pierre (XIIe-XVe siècles)

Les moines de l'abbaye de Château-Chalon, disparue, nommaient alors le curé du village,
qui officiait dans l'église Saint-Pierre.

CHATEAU-CHALON (39) - Eglise Saint-Pierre (XIIe-XVe siècles)

CHATEAU-CHALON (39) - Eglise Saint-Pierre (XIIe-XVe siècles)




CHATEAU-CHALON (39) - Eglise Saint-Pierre (XIIe-XVe siècles)

 Bien que datant du XIIe siècle dans son gros œuvre, l'église Saint-Pierre affiche, depuis
le XVe siècle, des grandes fenêtres gothiques en tiers-point sur les murs des bas-côtés.

Le clocher fut aussi doté d'une fenêtre gothique.

CHATEAU-CHALON (39) - Eglise Saint-Pierre (XIIe-XVe siècles)

CHATEAU-CHALON (39) - Eglise Saint-Pierre (XIIe-XVe siècles)

CHATEAU-CHALON (39) - Eglise Saint-Pierre (XIIe-XVe siècles)

Le clocher carré, placé à gauche du chœur, s’élève sur 4 niveaux : un rez-de-chaussée avec
une fine ouverture, un premier étage avec une baie géminée romane sur les faces nord et est,
un second étage avec des baies romanes en plein cintre, et enfin le dernier étage, celui des
cloches, avec deux baies géminées romanes à l'est et à l'ouest et une fenêtre gothique au nord.

CHATEAU-CHALON (39) - Eglise Saint-Pierre (XIIe-XVe siècles)

CHATEAU-CHALON (39) - Eglise Saint-Pierre (XIIe-XVe siècles)
Clocher - Baie romane avec sa colonnette quadruple recevant la retombée des arcs en plein cintre

CHATEAU-CHALON (39) - Eglise Saint-Pierre (XIIe-XVe siècles)


Clocher - Fenêtre gothique à arc en accolade mouluré

CHATEAU-CHALON (39) - Eglise Saint-Pierre (XIIe-XVe siècles)

 L'accès à l'intérieur de l'église se fait par une porte en plein cintre partiellement tronquée
sur la droite par l'ajout au XVe siècle d'une chapelle contenant aujourd'hui la cuve baptismale.

CHATEAU-CHALON (39) - Eglise Saint-Pierre (XIIe-XVe siècles)

La nef à trois travées est accostée de deux bas-côtés.

CHATEAU-CHALON (39) - Eglise Saint-Pierre (XIIe-XVe siècles)

CHATEAU-CHALON (39) - Eglise Saint-Pierre (XIIe-XVe siècles)

CHATEAU-CHALON (39) - Eglise Saint-Pierre (XIIe-XVe siècles)

La nef présente un voûtement sur croisées d'ogives épaisses romanes ;
des arcs doubleaux soulignent l'ensemble.

CHATEAU-CHALON (39) - Eglise Saint-Pierre (XIIe-XVe siècles)

CHATEAU-CHALON (39) - Eglise Saint-Pierre (XIIe-XVe siècles)

CHATEAU-CHALON (39) - Eglise Saint-Pierre (XIIe-XVe siècles)

 Les bas-côtés sont voûtés en arêtes.

CHATEAU-CHALON (39) - Eglise Saint-Pierre (XIIe-XVe siècles)

CHATEAU-CHALON (39) - Eglise Saint-Pierre (XIIe-XVe siècles)

 Le chœur semi-circulaire voûté d'arêtes en étoile, est précédé d'une travée présentant,
sur le mur sud, une arcature romane composée de colonnettes à chapiteaux
cubiques accueillant la retombée des arcs en plein cintre.

CHATEAU-CHALON (39) - Eglise Saint-Pierre (XIIe-XVe siècles)

CHATEAU-CHALON (39) - Eglise Saint-Pierre (XIIe-XVe siècles)

La travée de chœur est voûtée sur croisée d'ogives à liernes et tiercerons ; les clefs sont fleuronnées.

CHATEAU-CHALON (39) - Eglise Saint-Pierre (XIIe-XVe siècles)

La cuve baptismale moderne a été placé dans une chapelle gothique à croisée d'ogives.


 _______________________

Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2018-2019 © Tous droits réservés
 

mardi 18 juin 2019

LAIVES (71) - Chapelle de Lenoux (XVe siècle)

Le village de Laives possède un second édifice religieux après l'église romane Saint-Martin
(que vous pouvez voir en cliquant ici !) : la chapelle de Lenoux, édifiée en 1484.

L'association Laives patrimoine a été récompensée en 2013 pour les restaurations entreprises
depuis des années (1992-2003)

LAIVES (71) - Chapelle de Lenoux (XVe siècle)

Le curé de Touches (à Mercurey), Jean Géliot, originaire de Laives, décida de financer
une chapelle mortuaire pour sa famille, dès 1484.

 Elle dédiée à Notre-Dame de Comfort, la Vierge qui soulage les malades et les souffrants.

LAIVES (71) - Chapelle de Lenoux (XVe siècle)

Construite d'un seul jet, la chapelle, de forme rectangulaire, arbore quatre contreforts
aux angles pour contrebuter la poussée de la voûte à croisées d'ogives intérieure.

La façade, dominée par son clocheton, présente une porte soulignée par un arc en accolade ;
au-dessus, on remarquera la série de consoles accueillant jadis des statues
dont seule celle de Saint-Fiacre a été conservée.

LAIVES (71) - Chapelle de Lenoux (XVe siècle)

 La porte d'entrée de la chapelle est ornée de trois anges : ceux soutenant l'arc en accolade
tiennent un phylactère tandis que celui placé sous le tympan montre un écu
sculpté d'un calice et des initiales du fondateur J. et G.

LAIVES (71) - Chapelle de Lenoux (XVe siècle)

LAIVES (71) - Chapelle de Lenoux (XVe siècle)
 Chapiteaux végétaux ornés de grappes de raisin et de glands
LAIVES (71) - Chapelle de Lenoux (XVe siècle)

LAIVES (71) - Chapelle de Lenoux (XVe siècle)
 Anges tenant un phylactère
LAIVES (71) - Chapelle de Lenoux (XVe siècle)




LAIVES (71) - Chapelle de Lenoux (XVe siècle)
Ange aux ailes déployées tenant un blason au calice et aux initiales de Jean Géliot

LAIVES (71) - Chapelle de Lenoux (XVe siècle)
Console représentant un fou jouant d'un instrument

LAIVES (71) - Chapelle de Lenoux (XVe siècle)
Vantail en bois d'origine restauré avec son décor de lancettes trilobées et d'oculus

LAIVES (71) - Chapelle de Lenoux (XVe siècle)
 Statue de Saint-Fiacre sur sa console ; il s'agit de la seule conservée et datant du XVe siècle

LAIVES (71) - Chapelle de Lenoux (XVe siècle)



LAIVES (71) - Chapelle de Lenoux (XVe siècle)
Porte latérale sud à l'arc en accolade

LAIVES (71) - Chapelle de Lenoux (XVe siècle)

 Le chevet plat de la chapelle est seulement pourvu d'une grande fenêtre gothique flamboyante.

Les contreforts conservent les consoles portant jadis des statues depuis disparues.

LAIVES (71) - Chapelle de Lenoux (XVe siècle)
Fenêtre gothique flamboyante avec son remplange composé de deux lancettes
trilobées surmontées de gouttes, mouchettes et écoinçons 

LAIVES (71) - Chapelle de Lenoux (XVe siècle)
Vestiges des fresques et ange tenant la croix sculpté sur le chapiteau accueillant
la retombée d'une nervure de la voûte

N'ayant pu accéder à l'intérieur de la chapelle qui a reçu à la Renaissance des fresques,
voilà deux photos de l’association Laives patrimoine.

LAIVES (71) - Chapelle de Lenoux (XVe siècle)
Clef de voûte affichant le Couronnement de la Vierge entourée de 12 anges

 _______________________

Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2018-2019 © Tous droits réservés
 

dimanche 16 juin 2019

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville (Extérieur)

L'abbatiale Saint-Georges de Boscherville figure parmi les plus intéressants édifices
religieux romans de Seine-Maritime et de Normandie.

Le monument que l'on peut admirer aujourd'hui a succédé à plusieurs sanctuaires
dont un fanum gallo-romain (1er-IIIe siècles), une chapelle (VIIe-XIe siècle)
et une collégiale (1050-1113).

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

En 1113, Guillaume de Tancarville, seigneur des lieux, décida de faire construire
une abbaye bénédictine à l'emplacement même de la collégiale de Raoul de Tancarville.

Une charte de fondation, dont une copie du XIIIe siècle subsiste, rappelle
que Guillaume de Tancarville reçu l'aval du duc-roi Henri 1er Beauclerc pour
"agrandir et améliorer l'église Saint-Georges" et "d’ériger une abbaye".

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

Afin d'avoir une première communauté de moines, Guillaume de Tancarville
fit appel à l'abbaye de Saint-Evroult-en-Ouche (Orne).

Ainsi, Louis, premier abbé de Saint-Georges de Boscherville fut chargé de diriger
la vie monastique en organisant les bâtiments et suivant la construction de
l'abbatiale jouxtant alors l'ancienne collégiale.

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

Au nord de l'abbatiale en construction, à partir de 1140, l'abbé Louis fit placé le cloître et les
bâtiments conventuels à l'endroit même où furent retrouvé les fondations du
temple gallo-romain, de la chapelle et de la collégiale.

Vers 1160, la collégiale de Raoul de Tancarville était encore partiellement en élévation.

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

Dans la seconde moitié du XIIe siècle, un certain Renaud de Gerponville, propriétaire
local, consentit à céder aux moines le terrain et la maison qu'il possédait sur place.

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville
Chapiteaux du portail de la façade occidentale
SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

Achevée l'église mesure 70 m de long par 20 m de large.

Les travaux, commencés vers 1113-1114, s'achevèrent vers 1145.

Ainsi, le monument que l'on peut voir aujourd'hui est assez homogène et l'un des
plus représentatifs de l'architecture romane du XIIe siècle en Normandie.

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

Évidemment pendant les travaux de construction, la collégiale fut conservée afin
que les moines puissent y prier et assurer l'office.

Au XIIIe siècle, une vingtaine de moines vivaient sur place.

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

Selon les spécialistes, l'abbatiale fut édifiée par un atelier rouennais.

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville
Chapiteau double figurant des animaux affrontés ; des lions ?

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

Comme à Jumièges, l'abbatiale Saint-Georges de Boscherville présente une façade occidentale
à deux tours encadrant un portail roman en plein cintre aux voussures en retraits
successifs retombant sur des colonnes à chapiteaux historiés et végétaux.

Les voussures affichent des décors géométriques : dents de scie, palmettes, motifs crénelés...

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

Le chevet de l'abbatiale, dominé par le clocher carré, placé sur la croisée du transept,
se compose d'une abside centrale à trois niveaux richement ornés de
colonnes à chapiteaux végétaux accueillant les cintre, et d'une absidiole au sud.

Apparemment, aucune absidiole existait au nord !

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

L'abside principale présente trois niveaux : le premier aveugle est doté d'arcatures
double à colonnettes à chapiteaux végétaux supportant des arcs en plein cintre;
les second et troisième affichent cinq grandes baies en plein cintre. 

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville
Modillons à personnages stylisés

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville
Chapiteau à décor végétal et personnage debout ressemblant à un forgeron ou
à un monnayeur prêt à frapper un coin

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville
Chapiteau à entrelacs et tête d'animal crachant des feuilles

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville
Chapiteau sur lequel figure une tête d'animal crachant des rinceaux

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville
Absidiole sud avec ses deux baies en plein cintre encadrées par
des colonnettes à chapiteaux accueillant des voussures en plein cintre.

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

Un œil attentif verra la série de modillons sculptés sous les toitures de l'abbatiale.



SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

Le mur nord de l'abbatiale affiche une série de baie en plein cintre à colonnettes
et chapiteaux végétaux ; elles permettent à la lumière de pénétrer dans l'édifice.

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville
Modillons figurant des têtes souriantes ou grimaçantes, des scènes obscènes...
SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

Sous les baies en plein cintre du mur nord l'abbatiale, on remarquera une série
de modillons sculptés et servant à supporter l'ancienne charpente
du cloître disparu. Ces modillons montrent des têtes
monstrueuses, animales, grimaçantes...

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville

SAINT-MARTIN-DE-BOSCHERVILLE (76) - Abbatiale romane Saint-Georges de Boscherville
Modillons dont celui de gauche est orné d'une scène obscène


Prochainement vous découvrirez l'intérieur de l'abbatiale !

 _______________________

Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2018-2019 © Tous droits réservés