Faites une recherche dans ce blog

lundi 14 janvier 2019

BAYEUX (14) - Maisons à pan de bois

La ville de Bayeux, réputée pour sa cathédrale, est également connue pour posséder une série
de demeures médiévales à pans de bois des XIVe et XVe siècles, avec leurs consoles
parfois finement sculptées de personnages, de saints, d'animaux, d'entrelacs...

BAYEUX (14) - Maisons à pan de bois

BAYEUX (14) - Maisons à pan de bois

BAYEUX (14) - Maisons à pan de bois

BAYEUX (14) - Maisons à pan de bois
Un homme portant une corbeille de pommes et l'Ange déchu ayant un serpent à ses pieds

BAYEUX (14) - Maisons à pan de bois
Une sirène, symbole de la luxure

BAYEUX (14) - Maisons à pan de bois
 Un saint, peut-être Saint-Hubert

BAYEUX (14) - Maisons à pan de bois
Un serpent enroulé autour d'un pommier

BAYEUX (14) - Maisons à pan de bois




BAYEUX (14) - Maisons à pan de bois

BAYEUX (14) - Maisons à pan de bois

BAYEUX (14) - Maisons à pan de bois

BAYEUX (14) - Maisons à pan de bois

BAYEUX (14) - Maisons à pan de bois
 Vierge à l'Enfant figurée dans l'angle gauche de la façade
BAYEUX (14) - Maisons à pan de bois

BAYEUX (14) - Maisons à pan de bois

BAYEUX (14) - Maisons à pan de boisUne reine et une orante



BAYEUX (14) - Maisons à pan de bois
Un saint ou Jésus et un mascaron qui tirait jadis la langue

BAYEUX (14) - Maisons à pan de bois
Une sainte tenant un livre sacré et mascaron de pierre tirant la langue

BAYEUX (14) - Maisons à pan de bois

____________________

Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2019 © Tous droits réservés

lundi 7 janvier 2019

COUCOURON (07) - Eglise romane Saint-Martin

Le village de Coucouron, situé à 1 200 m d'altitude, possède encore une église romane
dédiée à Saint-Martin et dont l'origine remonte au début du XIIe siècle.

COUCOURON (07) - Eglise romane Saint-Martin

COUCOURON (07) - Eglise romane Saint-Martin

La première mention de cet édifice religieux remonte au mois de mai 1119  au moment où
le pape Calixte II confirma la possession par le monastère vellave de Goudet d'églises
situées en Vivarais : Saint-Martin de Coucouron, Saint-Cirgues-en-Montagne
et la chapelle Saint-Philibert.

COUCOURON (07) - Eglise romane Saint-Martin

COUCOURON (07) - Eglise romane Saint-Martin

Le portail roman en plein cintre en tuf volcanique rougeâtre et brun affiche une archivolte à
trois voussures soulignées par une frise en plein cintre ornée de personnages,
monstres, sirènes, animaux…

Le clocher peigne présente 4 cloches.

COUCOURON (07) - Eglise romane Saint-Martin

COUCOURON (07) - Eglise romane Saint-Martin

COUCOURON (07) - Eglise romane Saint-Martin

 L'archivolte du portail repose sur des colonnes à chapiteaux historiés ou simples.

COUCOURON (07) - Eglise romane Saint-Martin
Détails des voussures et de la frise la soulignant ; on y reconnait deux sirènes, un serpent,
 un loup, un aigle...
COUCOURON (07) - Eglise romane Saint-Martin

COUCOURON (07) - Eglise romane Saint-Martin

COUCOURON (07) - Eglise romane Saint-Martin
Chapiteau montrant une femme mordue aux seins par des serpents, symbole de la luxure.

COUCOURON (07) - Eglise romane Saint-Martin 
Chapiteau à feuillage

COUCOURON (07) - Eglise romane Saint-Martin

COUCOURON (07) - Eglise romane Saint-Martin

COUCOURON (07) - Eglise romane Saint-Martin

COUCOURON (07) - Eglise romane Saint-Martin



COUCOURON (07) - Eglise romane Saint-Martin

COUCOURON (07) - Eglise romane Saint-Martin

COUCOURON (07) - Eglise romane Saint-Martin

 A l'intérieur, le visiteur découvre un vaisseau composé d'une nef centrale voûtée
en berceau accostée de deux bas-côtés voûtés d'arêtes.

Bien que reconstruite au XIXe siècle, l'architecte a conservé une partie des éléments
romans de l'église d'origine (chapiteaux, colonnes...)

COUCOURON (07) - Eglise romane Saint-Martin

COUCOURON (07) - Eglise romane Saint-Martin
Reste d'une cuve baptismale médiévale octogonale


____________________

Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2019 © Tous droits réservés

samedi 5 janvier 2019

CANNES (06) - Monastère fortifé de l'Ile Saint-Honorat

Au large de Cannes, les Iles de Lérins représentent un havre de paix et celle de
Saint-Honorat abrite un ancien monastère fortifié clunisien puis cistercien.

CANNES (06) - Monastère fortifé de l'Ile Saint-Honorat

Vers 400-410, les moines Honorat et Caprais, se retirèrent sur l'île de Lérina, avec l'assentiment
de l'évêque de Fréjus, Saint Léonce. Un premier monastère fut alors édifié.

Une tour défensive fut alors construite pour servir de refuge en cas d'attaque des Sarrasins.

CANNES (06) - Monastère fortifé de l'Ile Saint-Honorat

Vers 732, 500 moines et l'abbé Saint Porcaire furent massacrés par les Sarrasins.

Selon la tradition, Saint Elenthère, l'un des survivants, fit rebâtir un nouveau monastère.

En 1046, l'abbaye fut de nouveau pillée et quelques moines emmenés en captivité en Espagne.

CANNES (06) - Monastère fortifé de l'Ile Saint-Honorat

Vers 1080, l'abbé Aldebert 1er commença la reconstruction de l'abbatiale Saint-Honorat ;
celle-ci fut consacrée en 1088 par son successeur, Aldebert II, abbé de 1088 à 1103.

La construction du monastère fortifié fut l’œuvre d'Aldebert II si l'on tient compte d'une lettre,
datée de 1101, envoyée par Hildebert de Lavardin à l'abbé de Cluny où il annonce
 que plusieurs moines se réfugièrent dans une tour fortifiée.

CANNES (06) - Monastère fortifé de l'Ile Saint-Honorat

La première tour fut construite de la fin du XIe siècle à la fin du premier quart du XIIe siècle.

Cette première tour quadrangulaire fut agrandie au XIIIe siècle.

Son mur oriental sert alors de séparation entre la citerne du rez-de-chaussée et le cloître.

La tour primitive fut chemisée sur trois côtés avec des blocs en moyen et grand appareil.

CANNES (06) - Monastère fortifé de l'Ile Saint-Honorat

Le pape Adrien IV rappela, dans une lettre du 13 juin 1158, aux consuls et au peuple de
Grasse le rôle défensif du monastère fortifié dans lequel les moines pouvaient
se réfugier en cas d'attaque des Sarrasins.

Le pape Lucius III accorda le 5 mai 1182 ou 1183 une bulle aux moines exhortant
les fidèles à les aider à se fortifier car ils manquaient de ressources suffisantes.

CANNES (06) - Monastère fortifé de l'Ile Saint-Honorat
Mâchicoulis et parapet crénelé

Les constructions entreprises par les religieux pesaient sur leurs ressources financières.

En 1241, l'abbé fut contraint de vendre la seigneurie de Roquefort-les-Pins aux habitants
de Saint-Paul-de-Vence pour désendetter l'abbaye.

En 1327, l'abbé de Lérins fit installer un système de signalisation par des feux entre
la tour du monastère fortifié et celle du Suquet.

En 1400, suite au saccage du monastère par des corsaires génois de Salageri, des
serviteurs des moines assurèrent la défense de la tour fortifiée.

Dès 1437, des soldats provençaux, et, en 1481, des soldats français, résidaient en permanence
dans les étages supérieurs du monastère fortifié pour défendre les moines contre les
incursions sarrasines et génoises.

CANNES (06) - Monastère fortifé de l'Ile Saint-Honorat
Vue sur le monastère depuis la tour fortifiée

Le chantier des deux cloîtres superposés commença par la construction d'un nouvel escalier,
peu avant 1450 et s'acheva en novembre 1459 d'après les comptes du monastère.

Les marches sont constituées de pierres rouges de l'Estérel apportées depuis Théoule, en 1460-1461.

 Les fondations du cloître inférieur furent creusées entre mai et octobre 1460 pour
y installer une nouvelle citerne voûtée et dallée.


CANNES (06) - Monastère fortifé de l'Ile Saint-Honorat
Escalier menant au cloître inférieur

Entre 1460 et 1464, les ouvriers aménagèrent les galeries du cloître inférieur avec des colonnes
charriées en février 1460 ; certaines sont des réemplois (une borne milliaire également).

Du 29 juin 1462 au 3 janvier 1463, le chantier fut interrompu avant de reprendre.

  Le 31 octobre 1464, le cloître inférieur fut achevé mais faute de liquidité, les travaux
du cloître supérieur commencèrent en mars 1466.

CANNES (06) - Monastère fortifé de l'Ile Saint-Honorat
Galerie charpentée du cloître supérieur

Les colonnes et chapiteaux en marbre du cloître supérieur furent apportés de Gênes le 28 janvier 1467, juste avant une épidémie de peste qui toucha la communauté des moines.

Le 23 mai 1468, la charpente et la couverture furent enfin posées.

Après un arrêt du chantier jusqu'au 6 février 1469, le cloître supérieur fut terminé en décembre 1470.

CANNES (06) - Monastère fortifé de l'Ile Saint-Honorat
Voûtement sur croisées d'ogives d'une des galerie du cloître inférieur

CANNES (06) - Monastère fortifé de l'Ile Saint-Honorat
Les cloîtres superposés
CANNES (06) - Monastère fortifé de l'Ile Saint-Honorat
Cloître inférieur

CANNES (06) - Monastère fortifé de l'Ile Saint-Honorat
Cloître supérieur

CANNES (06) - Monastère fortifé de l'Ile Saint-Honorat
Chapiteau du cloître inférieur

CANNES (06) - Monastère fortifé de l'Ile Saint-Honorat
Chapiteaux à crochets du cloître supérieur
CANNES (06) - Monastère fortifé de l'Ile Saint-Honorat

CANNES (06) - Monastère fortifé de l'Ile Saint-Honorat

CANNES (06) - Monastère fortifé de l'Ile Saint-Honorat
Porte gothique à arc en accolade et donnant sur l'escalier à vis

CANNES (06) - Monastère fortifé de l'Ile Saint-Honorat
Partie sommitale dominant les cloîtres
CANNES (06) - Monastère fortifé de l'Ile Saint-Honorat

CANNES (06) - Monastère fortifé de l'Ile Saint-Honorat
Puits

______________________

Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2019 © Tous droits réservés