Faites une recherche dans ce blog

vendredi 15 mars 2019

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Intérieur)

Après l'histoire et la visite extérieure de l'église de Montagne, franchissons
les portes du portail latéral d'entrée et découvrons ensemble
l'intérieur de cet édifice roman.

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Intérieur)

L'église est composée d'une nef unique éclairée par des baies romanes en plein cintre
placées en hauteur et s'achevant par un abside centrale semi-circulaire voûtée
en cul-de-four et décorée d'une arcature à arcs en plein cintre
retombant sur des chapiteaux d'inspiration végétale.

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Intérieur)

Pas de voûtement ici, la nef est charpentée.

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Intérieur)

Un haut arc triomphal sépare la nef du chœur ; il est en plein cintre à plusieurs
voussures retombant sur des chapiteaux historiés et végétaux
reposant eux-même sur des colonnes.

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Intérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Intérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Intérieur)
 Arc triomphal - Chapiteaux végétaux (palmettes) et historiés (lions affrontés et dragon)
MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Intérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Intérieur)Arc triomphal - Chapiteaux végétaux (rinceaux) et historiés (Rapaces aux ailes déployées
et fleuron cerclé)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Intérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Intérieur)

Le chœur de l'église aménagé dans l'abside centrale semi-circulaire à trois baies romanes en
plein cintre (celle du centre présente deux colonnettes à chapiteaux végétaux)
est décorée d'une arcature à arcs en plein cintre retombant sur des
chapiteaux végétaux et historiés à colonnes.

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Intérieur)
Abside - Chapiteau à palmettes et frise dentelée

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Intérieur) 
Abside - Deux personnages nus et assis les jambes écartées et maintenant un tau central



MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Intérieur)
 Abside - Chapiteaux à la corbeille ornée de feuillage
MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Intérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Intérieur)
Abside - Chapiteau à corbeille végétale



MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Intérieur)
Abside - Chapiteau à palmettes sous de petits arceaux

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Intérieur)
 Abside - Chapiteau à deux loups semblant manger la palmette centrale
MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Intérieur)

 MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Intérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Intérieur)
 Baie centrale de l'abside - Chapiteaux des colonnettes : celui de gauche présente 3 feuilles
de chêne et celui de droite affiche 3 têtes grimaçantes
MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Intérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Intérieur)

Absidiole accolée au nord de l'abside centrale ; elle est voûtée en cul-de-four
et présente une baie en plein cintre ébrasée
____________________

Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2019 © Tous droits réservés
 

mardi 12 mars 2019

SANT-FELIU d'AMONT (66) - Eglise romane Sainte-Marie

L'église Sainte-Marie de Sant-Feliu d'Amont fut le siège d'un prieuré de chanoines de l'ordre de
Saint-Ruf entre le XIIe et le XVIe siècle, créé par les vicomtes de Castelnou.

SANT-FELIU d'AMONT (66) - Eglise romane Sainte-Marie

Édifiée dès le XIIe siècle, l'église se compose d'un puissant clocher carré accolé
à la nef unique dont le mur sud comporte le portail d'entrée en plein cintre
dont la voussures extérieure présente un décor de dents d'engrage,
tout comme la baie en plein ébrasée placée à sa gauche.

SANT-FELIU d'AMONT (66) - Eglise romane Sainte-Marie

Alors que le portail et la baie furent réalisées en pierre de taille calcaire, le reste 
de la maçonnerie est constituée de petites pierres noyées dans un mortier.

Depuis le XVe siècle, une échauguette en briques défend l'entrée de l'église.

SANT-FELIU d'AMONT (66) - Eglise romane Sainte-Marie

SANT-FELIU d'AMONT (66) - Eglise romane Sainte-Marie

Sous l'archivolte, un tympan est richement orné de rinceaux et deux anges tiennent
un cercle à l'intérieur duquel figure l'Agnus Dei.

SANT-FELIU d'AMONT (66) - Eglise romane Sainte-Marie

La particularité de l'église de Sant-Feliu d'Amont est sa porte d'entrée avec ses vantaux
en bois garnis de pentures romanes du XIIe siècle.

SANT-FELIU d'AMONT (66) - Eglise romane Sainte-Marie

SANT-FELIU d'AMONT (66) - Eglise romane Sainte-Marie

L'abside semi-circulaire du sanctuaire est rustique avec ses baies en plein cintre ébrasées
et son décor d'arcature et lésènes lombardes, typique du 1er art roman méridional.

SANT-FELIU d'AMONT (66) - Eglise romane Sainte-Marie

Quand on se trouve à l'intérieur de l'édifice, on y découvre une nef unique à plafond
en bâtière et arc doubleaux en plein cintre. Des chapelles latérales bordent
celle-ci et le choeur carré s'achève par une abside semi-circulaire
voûtée en cul-de-four avec ses baies ébrasées en plein cintre. 
 
____________________

Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2019 © Tous droits réservés
 

lundi 11 mars 2019

TULETTE (26) - Remparts médiévaux

De son passé fortifié, le village de Tulette, en Drôme provençale, a conservé une
bonne partie de ses remparts médiévaux avec ses tours rondes et carrées
et qui s'étale sur environ 500 m de long.

TULETTE (26) - Remparts médiévaux

 Bâti dès le XIIe siècle, ils ont été complété dès 1281 par l'ajout d'un fossé facilement inondable
au moyen de l'eau de l'Eygues acheminée par un canal attesté par les archives.

 Ces remparts ont été reconstruits puis renforcés entre 1360 et 1392 par la communauté des habitants
pour se prémunir notamment des bandes de routiers pillant incendiant les villages alentours.

Les pierres de roulis qui constituent l'appareillage des remparts et des tours proviennent
du lit de l'Eygues tout proche et sont associées avec des chaînages d'angle en pierres de taille.

TULETTE (26) - Remparts médiévaux

Les deux portes principales ayant été détruites, on en perça de nouvelles au XVIIIe et XIXe siècles.

Les remparts ont fait l’objet d’une très importante campagne de restauration en 2009.

TULETTE (26) - Remparts médiévaux
Tour Sarrazine (XIIe-XIIIe siècle)
TULETTE (26) - Remparts médiévaux

TULETTE (26) - Remparts médiévaux

TULETTE (26) - Remparts médiévaux
 Tour Sarrazine - Petite canonnière (XVe siècle)
TULETTE (26) - Remparts médiévaux

TULETTE (26) - Remparts médiévaux

TULETTE (26) - Remparts médiévaux

TULETTE (26) - Remparts médiévaux

TULETTE (26) - Remparts médiévaux 
Tour carrée à chainages d'angle

TULETTE (26) - Remparts médiévaux

TULETTE (26) - Remparts médiévaux

TULETTE (26) - Remparts médiévaux
 Porte repercée tardivement
TULETTE (26) - Remparts médiévaux

TULETTE (26) - Remparts médiévaux

  Tour carrée évasée à sa base et à chaînage d'angle en pierres de taille calcaires
____________________

Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2019 © Tous droits réservés
 

dimanche 10 mars 2019

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

Dans la campagne girondine, à quelques kilomètres de Libourne, le village de Montagne peut
se féliciter de posséder deux édifices religieux romans !

Ici, je vous présente l'extérieur de l'église Saint-Georges (XIe-XIIe siècles) installée
à environ 500 m du centre du bourg de Montagne.

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

  Construite dès le XIe siècle sur les ruines d'une villa gallo-romaine, l'église Saint-Georges
fait partie de ses édifices romans les mieux conservés en Gironde.

Vers 1110, lors d’une donation à la collégiale de Saint-Emilion par l’archevêque Arnaud Guiraud,
 l'église Saint-Georges de Montagne est mentionnée pour la première fois, en même
temps que celle dédié à Saint-André .

En 1398, le sanctuaire est encore mentionnée dans la liste des édifices paroissiaux du diocèse.

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)


MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

 L'accès à l'intérieur de l'église se fait par le biais d'un portail latéral de la fin du XIe siècle 
installé sur le mur sud de l'édifice. Un avant-corps du début du XIIe siècle, inspiré de
l'art antique le protège.

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)



MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

 En l'archivolte en plein cintre du portail et le fronton triangulaire de l'avant-corps, une frise
comporte encore deux métopes sculptées en très bas relief : un personnage qui tient
un bâton en forme de tau et deux personnages qui semblent s'affronter.

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

 Le portail comporte une archivolte à voussures en plein cintre retombant sur deux puissants
chapiteaux sculptés ; celui de gauche est décoré de palmettes, rinceaux et entrelacs,
celui de droite est historié avec deux personnages notamment.

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

Sur le chapiteau de droite, la corbeille présente un lion dressé sur ses pattes arrière, la queue rentrée puis redressée est terminée en couronne. Sa patte avant droite est saisie par la main droite d'un personnage les jambes écartées et accroupi. Le lion est en train d'avaler la tête de cet homme.

    Tout à gauche de la corbeille du chapiteau, un deuxième homme habillé en tunique courte, une ceinture autour de la taille, agrippe avec sa main droite le bras gauche du premier homme.

Le thème de ce chapiteau semble la luxure et met en garde l'homme tenté.

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)
 L'une des baies romanes en plein cintre aux claveaux bien agencés

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)
Oculus roman de la façade occidentale

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)


Bras sud du transept avec ses deux oculi et sa baie en plein cintre étroite
MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

Le clocher carré élancé et étroit se compose de quatre niveaux : un rez-de-chaussée plein puis
trois étages ayant sur chaque face, une baie en plein cintre ; celles du dernier étage
affichent une colonnette centrale formant ainsi des baies géminées.


MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

Ce clocher présente une particularité ! La corniche de premier étage affiche une frise composée
de métopes à trous ronds et triglyphes. D'autres trous ronds forment une sorte de cercle
autour de la baie en plein cintre. Quelle est leur utilité ?

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

 On retrouve sur chacune des faces ces trous ronds, qui ne sont pas des trous de boulins
rappelant l'ancrage de l'échafaudage médiéval, mais peut-être des cavités
accueillant un insert ou pas !

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)



MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

   L'abside centrale semi-circulaire à contreforts est décorée de modillons du début du XIIe siècle.

Ces derniers sont sculptés de représentations classiques de l'iconographie romane : cracheurs de rinceaux (hommes et animaux) ; tireurs de langue (hommes et animaux), personnage obscène,
joueur de cor et têtes d'animaux maléfiques (bouc, loup, serpent).

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)
 L'abside centrale comporte trois baie en plein cintre installées entre les contreforts
MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)
Tête de loup et pignes avec serpent

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)
Tête d'un animal tirant la langue et buste d'un homme moustachu étendant ses bras

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)
A droite, deux hommes enlacés (des moines ou religieux ?)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)
Tête d'un monstre tirant la langue et tête d'un animal de trait

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)
Tête d'un homme tirant la langue et joueur de cor debout

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)
Cracheur de rinceaux et palme

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)
Têtes d'animaux (à droite, un bouc ?)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)
Personnage moustachu debout et exhibitionniste anal

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)
A droite un tonneau

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)
Abside centrale : Baie en plein cintre cantonnée de colonnettes à chapiteaux
(à entrelacs à gauche et feuillage à droite) 

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

 Accolée à l'abside centrale, l'abside semi-circulaire romane est d'une belle
simplicité avec sa baie en plein cintre et sa toiture semi-conique.

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

MONTAGNE (33) - Eglise romane Saint-Georges (Extérieur)

____________________

Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2019 © Tous droits réservés