Faites une recherche dans ce blog

lundi 20 mai 2019

ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie

Les tours de la cathédrale d'Elne dominent encore fièrement la ville

Construite aux XIe et XIIe siècles, ce monument majeur de l'art roman catalan fut le siège
de l'évêché de cette région septentrionale de la Catalogne du VIe siècle jusqu'en 1602,
date à laquelle la cathédrale Perpignan devint le nouveau siège épiscopal.

ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie

La création de l'évêché d'Elne remonte à l'époque wisigothique, en 571.

Il fut créer en démembrant celui de Narbonne.

Les siècles suivants sont mal documentés pour comprendre l'évolution du site.

ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie

 L'édifice actuel remonte vraisemblablement au XIe siècle, vers 1042, date d'une donation faite
par un particulier et, en 1057, par la comtesse Ermessinde de Barcelone.

En 1069, l'autel est consacré (l'inscription le rappelant est toujours présente sur la table)

ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie

Bien que la consécration du maitre-autel intervint en 1069, la cathédrale n'est pas encore
achevée ; les travaux se poursuivirent jusqu'à la fin du XIIe voire au début du XIIIe siècles.

En 1140, l'évêque fortifia la cathédrale ; le crénelage des tours de la façade
en sont la preuve manifeste.

ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie

En 1285, la cathédrale fut malmené par les hommes du roi de France, Philippe le Hardi
au moment de son opposition avec le roi d'Aragon et comte de Barcelone.

L'édifice fut apparemment et partiellement incendié ; des traces seraient visibles sur
le portail en marbre de la façade occidentale.

Suite aux dégradations des "Français", les évêques d'Elne décidèrent de restaurer
et d'agrandir leur cathédrale.

ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie

 L'évêque Raymond, une collecte d'argent fut lancée le 18 avril 1311 pour permettre la construction d'une nouvelle cathédrale. 

Sept chapelles rayonnantes furent construites de 1317 à 1336.

En 1415 par l'architecte majorquin Guillem Sagrera renforça la base des tours de la façade.

ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie

Au cours des siècles suivants, la cathédrale fut plus ou moins remaniées
avec l'ajout notamment de mobiliers des XVIIe au XXe siècles.

ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie

ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie

Les tours-clochers de la façade occidentale, de forme carrée, s’élèvent vers le ciel.

Celui du nord présente des niveaux supérieurs en pierres de roulis et briques ; celui du sud affiche
des faces comportant quatre niveaux d’arcatures et d'ouvertures en plein cintre.

Les parties basses des tours sont ornées d'arcatures lombardes à arceaux et lésènes.

ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie

ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie

ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie

ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie

Pour accéder à l'intérieur de la cathédrale, deux portails en plein cintre ont été
placé sur la façade occidentale et sur le mur sud.

ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie

ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie

ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie

ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie


Le chevet roman se compose d'une abside et de deux absidioles semi-circulaires.

L'abside présente une arcature lombarde associant arceaux en plein centre et lésènes.

Cet ensemble remonte au XIe siècle avec des modifications postérieures comme l'ajout de contreforts
et arcs-boutants à l'époque gothique pour contrebuter la poussée de la voûte intérieure.

ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie

ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie

ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie

ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie


Absidioles romanes à baie en plein cintre encadrée par de petits contreforts.
ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie

ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie

ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie
 Partie base d'une absidiole montrant une baie en plein cintre ébrasée prévue pour
éclairer l'intérieur d'une crypte aménagée sous le chœur au XIe siècle
ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie

ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie

 A l'intérieur, la cathédrale présente une nef voûtée en berceau avec des arcs doubleaux,
accostée par deux bas-côtés au voûtement en arêtes.

Des chapelles voûtées sur croisées d'ogives jouxtent le bas-côté sud ; 
celui du nord sert de lien avec le cloître dont vous
découvrirez la richesse dans un futur billet.

ELNE (66) - Cathédrale Sainte-Eulalie et Sainte-Julie

 _______________________

Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2018-2019 © Tous droits réservés
 

vendredi 17 mai 2019

DIJON (21) - Musée archéologique : Tympan du Christ en majesté (XIIe siècle)

Dans l'ancien dortoir des moines de Saint-Bénigne de Dijon, le Musée archéologique
conserve un ensemble exceptionnel de sculptures médiévales et notamment
l'un des tympans romans provenant de l'ancien cloître !

DIJON (21) - Musée archéologique : Tympan du Christ en majesté (XIIe siècle)

Ce tympan d'exception remonte au troisième quart du XIIe siècle et représente le Christ en majesté
dans sa mandorle maintenue par deux anges ; il est entouré par le Tétramorphe représenté par
les symboles des 4 Évangélistes (L'Homme pour Saint-Mathieu, Le Lion pour Saint-Marc,
L'Aigle pour Saint-Jean et Le Taureau pour Saint-Luc)

DIJON (21) - Musée archéologique : Tympan du Christ en majesté (XIIe siècle)

Cette œuvre serait le résultat d'une collaboration entre des sculpteurs bourguignons et d'Ile-de-France.

DIJON (21) - Musée archéologique : Tympan du Christ en majesté (XIIe siècle)
 Le Christ assis et entouré d'une mandorle maintenue par quatre anges aux
ailes déployées (ceux du bas ont perdu leur tête)
DIJON (21) - Musée archéologique : Tympan du Christ en majesté (XIIe siècle)

DIJON (21) - Musée archéologique : Tympan du Christ en majesté (XIIe siècle)
 Le Christ levant l'avant-bras droit et étendant l'index et le majeur en signe de bénédiction
et maintenant avec sa main gauche un livre saint

DIJON (21) - Musée archéologique : Tympan du Christ en majesté (XIIe siècle)
La tête du Christ dans son nimbe cruciforme

DIJON (21) - Musée archéologique : Tympan du Christ en majesté (XIIe siècle)
Homme aux ailes déployés de Saint-Mathieu et le Lion de Saint-Marc
DIJON (21) - Musée archéologique : Tympan du Christ en majesté (XIIe siècle)
Ange aux ailes déployées tenant la mandorle

DIJON (21) - Musée archéologique : Tympan du Christ en majesté (XIIe siècle)
Lion ailé de Saint-Marc tenant un livre

DIJON (21) - Musée archéologique : Tympan du Christ en majesté (XIIe siècle)
Ange, Aigle de Saint-Jean (buché) et Taureau de Saint-Luc

DIJON (21) - Musée archéologique : Tympan du Christ en majesté (XIIe siècle)
Ange tenant la mandorle
DIJON (21) - Musée archéologique : Tympan du Christ en majesté (XIIe siècle)
Taureau ailé de Saint-Luc tenant un livre

____________________

Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2019 © Tous droits réservés

dimanche 12 mai 2019

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

A deux pas de Périgueux, le petit village de Saint-Laurent de Manoire a conservé
une église en grande partie médiévale construite dès le XIIe siècle.

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

En 1332, 1334 et 1387, le village de Saint-Laurent-sur-Manoire fut occupé par des Routiers
qui endommagèrent le sanctuaire, en le saccageant.

Il faut aussi mentionner la venue du Prince Noir, fils du roi d'Angleterre Edouard III, et ses hommes
qui pillèrent et brûlèrent le village lors de sa fameuse chevauchée. Le 6 août 1356, il se
présenta à Saint-Laurent-sur-Manoire avant de pénétrer dans Périgueux le lendemain.

En novembre 1383, l'église et le village furent aussi la proie des hommes de Mondon de Dartensec,
capitaine de la garnison de Montignac ; ils brûlèrent une maison et endommagèrent la chapelle.

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

En août 1384, les villageois se réfugièrent dans l'église, alors fortifiée, pour se prémunir
des guerriers d'Olivier du Caslar. Voyant que les assiégés résistaient bien, ce dernier décida
alors de traiter avec eux : moyennant la remise d'une certaine quantité de froment,
d'avoine, de vin, de foin, de lard et d'autres denrées, il était prêt à leur laisser la vie sauve.

Les villageois acceptèrent le marché proposé par le chef des Routiers.

Croyant leur calvaire achevé, les villageois virent ensuite arriver Jean Cotet dit d'Auvergne,
capitaine de Limeyrac, à la tête d'autres Routiers prêts à tout détruire sur leur passage.

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

Au XVe et au début du XVIe siècle, face aux destructions, l'église fut reconstruite
dans le style gothique flamboyant, dont les éléments sont uniquement visibles à l'intérieur.

Au XVIIe siècle, une partie des voûtes du bas-côté fut reprise face à l'état de délabrement.

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

Au XIXe siècle, des restaurations furent entreprises notamment au niveau du clocher.

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

Quand on pénètre à l'intérieur de l'église Saint-Laurent, on découvre une nef principale des
XVe-XVIe siècle voûtée sur croisées d'ogives à liernes et tiercerons s'achevant
par un chœur roman et accosté par un collatéral des XVe-XVIIe siècle.

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

Le voûtement de la nef à croisées d'ogives à liernes et tiercerons présente des clefs finement
sculptées à fleurons, fleurs de lys, blasons, trilobes...

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)
Nef - Clef de voûte à petit fleuron encadré par des rayons de trilobes
SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)
Nef - Clef de voûte cerclée d'une torsade et renfermant un blason (D'or à cinq burèles de gueules)
correspondant peut-être à celui des seigneurs de Beynac
SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)
Nef - Clef de voûte au blason frappé d'une fleur de lys

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)
Nef - Clef de voûte fleuronnée

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)
Nef - Clef de voûte au pourtour torsadé et monogramme II S

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)
Nef - Clef de voûte au armes de France : D'azur à trois fleurs de lys d'or

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)
Arcade en plein cintre séparant la nef de son collatéral

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)
Nef - Colonne torsadée

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

Le collatéral placé au nord présente trois travées dont seule la dernière
conserve un voûtement à croisées d'ogives à liernes et tiercerons du XVe siècle.

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

La dernière travée du collatéral fait office de chapelle avec son autel.

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

Le voûtement de la dernière travée du collatéral est orné d'anges aux ailes déployées
et d'un personnage, un clerc bénissant.

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)
Collatéral - Fenêtre gothique de la première travée composée de
deux lancettes trilobées surmontées d'écoinçons et goutte.

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

La partie la plus ancienne de l'église demeure le chœur roman auquel on accède
par un arc triomphal du XIIe siècle en plein cintre.

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

L'arc triomphal roman se compose d'une archivolte à trois voussures en plein cintre
retombant sur des chapiteaux historiés posés sur des colonnes engagées.

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

Le chapiteau de gauche représente deux personnages accroupis, nus avec un cache-sexe,
dans un décor de rinceaux ; ils tiennent d'ailleurs des branches.

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

Le chapiteau de droite semble figurer Daniel dans la fosse aux lions.

Selon le récit biblique, Daniel fut jeté aux lions par deux fois :
- La première fois par Darius II pour un jour.
- La deuxième fois par Cyrus le Jeune, pendant une semaine.

Dans les deux cas, Daniel sortit indemne de l'épreuve.

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)
L'un des deux lions

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)
Daniel se saisissant de la crinière des lions

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

Le chœur rectangulaire, voûté en berceau et plat présente un décor d'arcature
composé de colonnes engagées à chapiteaux épannelés au tailloir parfois sculpté.

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

SAINT-LAURENT-SUR-MANOIRE (24) - Eglise Saint-Laurent (XIIe-XVIIe siècles)

____________________

Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2019 © Tous droits réservés