Faites une recherche dans ce blog

dimanche 22 décembre 2019

Enluminures du Manuscrit des Croisades de Guillaume de Tyr

La Bibliothèque Municipale d'Epinal, dans les Vosges, conserve un exemplaire de l'Histoire
des Croisades de Guillaume de Tyr provenant de l'abbaye
de Moyenmoutier et copié vers 1285-1325.

Guillaume de Tyr a rédigé son manuscrit en latin à partir de 1095 au moment du Concile
de Clermont. Achevé en 1184, son récit relate les luttes incessantes entre
les rois de Jérusalem et Saladin.

Voilà ci-dessous, les enluminures du manuscrit d'Epinal !

 Barons rendant hommage à Baudoin V

Couronnement de Baudouin III par le patriarche Guillaume

Croisés assiégeant Nicée

Croisés campant devant Antioche

Croisés écrasant l'armée de Soliman, sultan de Nicée

Défaite de Saladin face aux Croisés

Ambassade de Croisés

Flotte de Guillaume de Sicile repoussée à Alexandrie

Funérailles de Baudoin II

 Godefroy de Bouillon et ses chevaliers partent pour la première croisade

Godefroy de Bouillon, gouverneur de Jérusalem

Foulques, le nouveau roi, discutant avec quelques barons

 Le roi de Jérusalem et son armée assiégeant Alexandrie

Le roi Foulques et la reine Nelissende en promenade

Mariage du roi de Jérusalem avec Marie princesse de Byzance

 
Pierre l'Ermite conduisant des pèlerins

Reddition de Tyr

Renaud de Châtillon se querellant avec le prélat d'Antioche au sujet de son mariage


Saint Bernard prêchant la deuxième croisade

 Corbagas, fils du sultan de Perse, assiégeant avec son armée les croisés dans Antioche

Siège de Damas

 Siège de Tyr

Sultan d'Egypte recevant des ambassadeurs

 Turcs offrant des présents à Tancrède pour s'attirer sa faveur

 Veillée funèbre du roi Amauri

 Site de Jérusalem entre deux montagnes
______________________________

 Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2019 © Tous droits réservés

lundi 16 décembre 2019

SAINT-MAURICE-DE-GOURDANS (01) - Eglise Saint-Maurice (XIIe-XVIe siècles) (Fresques)

L'un des trésors de l'église Saint-Maurice réside dans ses superbes fresques de la fin
du XVe siècle ou du début du XVIe siècle.

Elles ont été restaurées dans les années 1960.

De nouveau travaux de restauration devraient achevés à l'été 2020.


 Marguerite d'Autriche, souveraine de Gourdans, a sans doute financer ces fresques qui
s'apparentent à celle de l'abbaye de Chaise-Dieu.

Les arcs doubleaux de la nef unique ont gardé un décors peint d'une frise aux teintes ocres.

Les murs nord et sud sont ornés de scènes de la Passion du Christ.



La nef partiellement romane voûtée en plein cintre avec une arcature alternant
colonnes à chapiteaux et piliers engagés soutenant de petits arcs en plein cintre.
Les fresques ornant la nef remonte au XVe siècle

 Mise au tombeau
Saint-Jean soutenant la Vierge Marie

 Saint-Jean, Saint-Marie Salomé et Sainte-Marie Madeleine ; derrière se trouve un ange

Saint-Joseph d'Arimathie

Nicomède


 La Résurrection



Les gardes assoupis




Le Portement de croix







 Flagellation du Christ


 Les Enfers, Apparition à Madeleine et Pendaison de Judas

Les Enfers
Au matin de Pâques, Adam et Eve sortent de la gueule du Léviathan


Apparition à Madeleine



Pendaison de Judas, le Diable vient chercher son âme.


Baiser de Judas au Jardin des Olivier et arrestation du Christ



 Arrestation du Christ




La Pentecôte


L'Ascension






 Création de l'Homme et d'Eve

 Création de l'Homme


Création d'Eve





Reste d'une fresque abordant la Création du monde

 Saint-Michel pesant les âmes


Le chœur et l'absidiole sud conservent des peintures murales remontant au XVe siècle.

Fresque gothique ornant la conque de l'absidiole : Scène de l’Annonciation,
avec le Saint-Esprit, parole divine sortant de la bouche du Père et descendant
vers la Vierge qui ouvre les mains. En face un bel ange aux grandes ailes
 et une banderole portant en latin les premiers mots de la salutation
que l’on retrouve dans la prière à la vierge Marie.


Fresque gothique ornant la conque de l'abside : un grand Christ en gloire dans
une mandorle, porte le globe du monde, entouré des symboles des quatre
évangélistes. Les phylactères qu’ils tiennent portent un texte illisible.


______________________
Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2019 © Tous droits réservés