Patrimoine de Lorraine

Faites une recherche dans ce blog

lundi 8 janvier 2018

MINERVE (34) - Cité cathare

Minerve, village médiéval appartenant à la liste des plus beaux villages de France,
est lié à l'histoire du catharisme.

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

En 1002, le comte de Carcassonne, Roger 1er, possède alors une part du "castellum" de Minerve,
donné par le seigneur des lieux, Rainard, vicomte de Minerve.

MINERVE (34) - Cité cathare

En 1127, Bernard-Aton de Béziers obtient le château des mains de Guillaume de Minerve.

MINERVE (34) - Cité cathare

En 1172, le roi de France, Louis VII, alors détenteur du château, le confie à Roger de Béziers.

MINERVE (34) - Cité cathare

Sept ans plus tard, en 1179, Roger de Béziers doit rendre hommage pour le château de
Minerve à Alphonse II d'Aragon.


MINERVE (34) - Cité cathare

En 1210, en plein Croisade Albigeoise, Simon de Montfort vient assiéger la cité qui
est alors toute acquise au catharisme. Pour venir à bout des fortifications, il fait
installer un trébuchet face à la ville, puis déploie ses troupes au sud et au nord.

MINERVE (34) - Cité cathare

La cité prise, Simon de Montfort fait brûler vifs, 150 Cathares ne voulant pas renier leur foi.

Une garnison royale est alors placée dans le château de Minerve.

MINERVE (34) - Cité cathare

En 1255, le château est restauré et un viguier est chargé de la surveillance.

MINERVE (34) - Cité cathare

En 1636, sur ordres de Louis XIII, la forteresse de Minerve est rasée.



MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

La cité médiévale et cathare de Minerve conserve encore une partie de ses remparts
du XIIIe siècle ainsi que des ruelles bordées de maisons anciennes.

L'église romane reprendrait l'emplacement d'un sanctuaire du Ve siècle et
conserve un autel frappé du millésime 456.

MINERVE (34) - Cité cathare
Les restes de courtines du château de Minerve, bâti sur son éperon rocheux
MINERVE (34) - Cité cathare



MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare
Les remparts de la cité prennent encore appuis sur l'enrochement


MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare
L’église romane Saint-Étienne bâtie au centre du bourg
MINERVE (34) - Cité cathare



MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare



MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare
Ruelle menant vers la poterne
MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare
Poterne
MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare
Barbacane de l'Est
MINERVE (34) - Cité cathare



MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare
La barbacane
MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare
Espace derrière de le mur d'enceinte de la barbacane


MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare
Porte Basse de la première enceinte (XIIIe siècle)
MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare
Tour de la Prison et vue sur le lit asséché de la Cesse
MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare
Lit asséché de la Cesse avec vue sur la barbacane et le trébuchet restitué placé
face à la cité de Minerve
MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare



MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare
Chemin couvert menant au puits Saint-Rustique
MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare

MINERVE (34) - Cité cathare
___________________
 
Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2018 © Tous droits réservés

1 commentaire:

  1. Bonjour,
    Permettez quelques mots sur Minerve. Merci.
    Commençons par dire qu'il semble n'y a rien d'étonnant à ce que Minerve et cathares aient un lien.
    Toutes les sciences, toutes les institutions, émanent d'une source unique : celle des Institutrices Elyséennes (1).
    Les prêtres de toutes les religions les ont altérées et les ont propagées dans tous les pays en les masculinisant ; c'est le fond de la mythologie.
    Mais remontons à la source de cette Ecole unique et nous verrons qu'un nom est resté pour la représenter : c'est Minerve.
    Le mot Minerve (min-erve) est composé de min, minne, qui signifie mémoire, esprit, intelligence (en latin mens). Ment en Irlandais signifie encore institution, institut, et, dit Ihm, « pour ainsi dire, mentis cultura. Le mot Mentor, dans la même langue, signifie eruditus, institutor, savant, pédagogue ». Mentor vient de men (esprit) et tor abrégé de thorah (loi). Erve signifie culture, par extension champs labourés, mais primitivement culture de l'esprit.
    D'autre part, le surnom de Minerve, Athéné, est formé de At-aland, qui a la même signification que Atlante ou Athélé.
    Il faut donc croire qu'une Déesse a été réellement connue sous le nom d'Athélé « et même par ceux, dit Athénagore, qui traitent la chose avec le plus de mystère, c'est-à-dire par les savants qui sont les mieux instruits de l'origine de la nature de la Déesse ».
    Ce qui prouve, du reste, que Minerve fut une femme réelle, c'est qu'on l'appelle la Déesse aux yeux pers (2). Et Homère donne constamment à Minerve le surnom de Glaucopis, Déesse aux yeux bleus. Pausanias veut expliquer pourquoi elle a les yeux pers (verts). Donc, Minerve fut la première maîtresse d'école, c'est elle qui a fondé ce que, plus tard, on appellera les Collèges des Druidesses.
    On se sert du mot Druidesse pour désigner les grandes femmes de la Celtide qui dirigeaient la vie spirituelle de la nation, mais ce nom n'est pas celui qu'on leur donnait et ne semble avoir été employé par les Grecs et les Latins que pour donner un féminin au mot Druide, qui représenta le degré supérieur de l'initiation quand on institua des Mystères.
    Il est certain que, puisque les Déesses conféraient aux initiés des Mystères qu'elles avaient fondés des titres tels que Barde, Vate, Druide, elles ne pouvaient pas, elles-mêmes, porter un titre qui aurait été le féminin de celui qu'elles donnaient à leurs élèves. C'est pour cela que le mot Druidesse ne se trouve nulle part avant le premier siècle de notre ère.
    (1) Les Champs Élysées seraient le lieu géographique d'où serait partie la première impulsion qui a créé la grande civilisation des temps anciens.
    (2) On devinait la patrie des Cimbres à la couleur de leurs yeux. Cérès est appelée « la blonde », Vénus aussi. La plus célèbre des Sibylles se nommait Erythrée, Sibylle rouge ou rousse.
    Suite : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/
    Article de mon blog sur les Cathares : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/06/les-cathares.html
    Cordialement.

    RépondreSupprimer