Patrimoine de Lorraine

Faites une recherche dans ce blog

mercredi 8 juin 2016

METZ (57) - Cloître gothique des Récollets

Au cœur de Metz, bâti sur les hauteurs de la colline Sainte Croix, le cloître des Récollets
est le dernier vestige d'un ancien couvent des Cordeliers établi ici au XIIIe siècle.


Les Cordeliers, religieux franciscains, décidèrent de s'installer à Metz vers 1230. Ces Frères Mineurs reçurent l'aide financière d'Odile, veuve du maître-échevin messin Simon de Belgré.

Ainsi, leur monastère fut en partie construit pour accueillir, dès 1236, le Chapitre de l'Ordre.


 En 1249, un second Chapitre général de l'Ordre des Cordeliers se tint à Metz auquel Saint-Bonaventure (1217-1274) assista. D'autres réunions de ce type se produire en 1518 et 1554.

Le cloître fut achevé en 1310 et, en 1376, l'église, nouvellement reconstruite, fut consacrée
par l'évêque de Metz, Thierry V Bayer de Boppart (1365-1384).


 En 1495, l'église attenante au cloître brûla !

Lors du siège de la ville de Metz, d'octobre 1552 à janvier 1553, par les troupes de
Charles Quint, le monastère eut à souffrir des déprédations.



Les arcades en tiers-point et la porte centrale à l'arc en anse de panier


Seules trois galeries ont été préservées, la quatrième a été détruite en 1804.

L'espace central du cloître est occupé par un charmant jardin monastique avec son puits
central rond et ses allées rectilignes menant au trois dernières portes
dont les arcs sont en anse de panier.

Les arcades de chacune des galeries sont en tiers-point sans décor apparent ni chapiteau !



 L'intérieur des galeries est plafonné et non voûté, ce qui en fait une particularité puisque
d'autres cloîtres lorrains contemporains, notamment celui de la cathédrale
Saint-Étienne de Toul, sont voûtés !

Placés sur les murs du cloître, quelques enfeus et épitaphes funéraires ont été préservés.

On remarquera notamment l'enfeu d'Henri de Saint-Nazaire, mort en 1408 au bas duquel il
figure représenté en armure et casqué, les mains en prière. Une épitaphe funéraire surmontée
de casques du XIVe siècle (un bassinet à bec de passereau à gauche et un heaume dit
"à tête de crapaud" à droite) se trouve juste à côté insérée dans le mur.

Puis, le visiteur pourra découvrir la dernière fresque visible du cloître
qui orne encore l'un des enfeus.


Galerie donnant sur la salle capitulaire encadrée d'enfeus


Épitaphe funéraire surmontée de casques du XIVe siècle

(un bassinet à bec de passereau à gauche

et un heaume dit "à tête de crapaud" à droite)

Enfeu avec gisant d'Henri de Saint-Nazaire (mort en 1408)

Gisant de Henri de Saint-Nazaire :

Deux chiens supportant les pieds du défunt, signes de fidélité

 Vous voulez en voir et en savoir plus sur ce cloître,
rendez-vous sur mon blog lorrain en cliquant sur l'image ci-dessous
  
http://patrimoine-de-lorraine.blogspot.fr/2011/06/metz-57-le-cloitre-des-recollets.html

____________________

Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2016 © Tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire